Détail d'un périodique de la revue de presse

Vide ListeVide

220 / 351

PER_0132

 

Navigation sur l'ensemble des périodiques, pas de recherche effectuée
Les mentions soulignées indiquent les inédits dans les banques de données du M'O
Titre du périodique BIOS
Sous-titre du périodique Journal of the British Institute of Organ Studies
Site de l'éditeur http://bios.org.uk
ISSN 0141-4992
Parution Journal of the British Institute of Organ Studies
Année 2011
Mois
Numéro 35
   
Table des matières Katharine Pardee and David Ponsford Editorial. 4
John Harper (Bangor)
[1] Sonic Ceremonial in Sixteenth-Century English Liturgy. 6
José Hopkins (Haslingfield, Cambridge)
[2] King's College, Cambridge, and the first Queen Elizabeth:
a Royal Progress. 20
David Hemsley (Old Woking)
[3] The first Willis organ at Canterbury Cathedral. 28
Barrie Clark (Reigate)
[4] Admiral Collingwood and the organ of Santa Maria, Mahon. 54
Gordon Curtis (Oxford)
[5] Old Bailey Records (1674-1913) as a source of information
on organ-builders. 71
John Scott Whiteley (York)
[6] Towards a chronological history
of the organs of Stephen Taylor (1838-1920). 88
Melvin Hughes (Reigate)
[7] "Miserable Dumbledores"?
Organs and organists in Victorian Literature. 111
John Harper (Bangor)
[8] An organ for St Teilo:
a Welsh instrument in the pre-Reformation tradition. 134
John Brennan (Oxford)
[9] Music copyright in England, the Statute of Anne (1710)
and the case of J. C. Bach versus Longman & Broderip (1777). 154

Book Reviews. 164
Music Reviews. 178
CD Reviews. 189
Commentaire Depuis 1977, Positif Press d'Oxford présente le volume annuel du Journal of the British Institute of Organ Studies dont plusieurs numéros ont fait l'objet d'une présentation dans l'un des 90 numéros imprimés du Magazine de l'Orgue, sensiblement plus jeune puisqu'il ne parut «que» de 1993 à 2007...
Le British Institute of Organ Studies (BIOS) a pour but d'encourager et promouvoir l'étude de l'histoire et de la facture de l'orgue à tuyaux ainsi que de contribuer à l'appréciation et la compréhension de sa musique par les organistes et le public.
Un des outils de la société est le BIOS Journal, publication savante annuelle, paraissant généralement en novembre, réunissant sur 160 à 200 pages une dizaine d'articles sur l'orgue d'outre-Chunnel et sa musique. La rédaction de chacun des numéros de ce journal du BIOS est confiée à un éditeur différent. En l'occurrence, le volume 35, pour l'année 2011, est confié à Katharine Pardee et David Ponsford, qui soulignent dès les premières lignes de leur éditorial combien ce numéro confirme la variété des sujets traités depuis 35 ans, dont vous prendrez connaissance à la simple lecture de la table des matières, dans laquelle nous numérotons les articles [entre crochets], pour faciliter les références dans le commentaire suivant.
Old Bailey est le nom, connu par tous les lecteurs de Dickens, du tribunal central qui traita toutes les affaires criminelles ayant eu lieu au Nord de la Tamise, dans la ville de Londres et le comté du Middlesex. Tous les actes de ce tribunal, de 1674 à 1913, sont aujourd'hui accessibles sur internet, et l'auteur de [5] a eu la curiosité d'y rechercher les mentions de facteurs d'orgues qui, heureusement pour l'honneur de la profession, ne sont que cinq à avoir été condamnés pendant ces quelque 250 ans. Mais ils sont plus nombreux à apparaître, soit comme plaignants (la plupart du temps dans des histoires de vols de matériaux ou d'outils), soit comme témoins de moralité, dans des procès mettant en causes leurs ouvriers ou apprentis. Comme l'auteur, chaque fois qu'il a pu, a complété l'information par des recherches généalogiques, c'est une foule d'informations qui s'ajoutent à la connaissance de la profession. Les deux douzaines de noms de facteurs cités ne font pas partie des plus grands, mais complètent par plusieurs nouveaux patronymes la référence en Angleterre, le Freeman - Edmonds Directory of British organ-builders... from the earliest times to the year 1950, une autre publication de Positif Press (2002).
Ni mon Harraps en quatre volumes, ni mon traducteur électronique ne m'ont aidé à comprendre le mot «Dumbladores» dans le titre [7], mais le terme, trouvé dans le dialecte du Dorset vers 1787, évoque un bourdon (l'insecte, pas le jeu d'orgue!) et son... bourdonnement. L'auteur a recherché, dans la littérature anglaise du XIXe siècle, les apparitions de l'orgue, de ceux qui les jouent et de ceux qui les construisent. Cette amusante et très documentée enquête nous fait visiter les écrits d'auteurs très célèbres, et d'autres dont la réputation n'a pas traversé la Manche: Thomas Hardy, Emily Brontë, Mrs. Gaskell, Charles Dickens, George Eliot, Anthony Trollope, George Meredith, Arnold Bennett, Robert Browning et Elizabeth Barrett Browning. Des catégories particulières suivent (orgues et anges, facteurs d'orgues, mystères, femmes organistes) de telle sorte que ce sont une soixantaine de citations qui établissent que l'Angleterre victorienne ne fut pas le «pays sans musique» dont parlèrent certains auteurs.
[article en cours de rédaction, à suivre]
  Liste